« Renaissance », à Lille

« Renaissance », à Lille

En 2004, Lille devenait, à l’image de Mons, cette année, « Capitale européenne de la Culture », selon le souhait de Martine Aubry, Maire de Lille… Mais, comme elle l’écrit, « le voyage continue ».

Aussi, en 2006, sous la coordination de Didier Fusillier, se créait le concept « Lille 3000 », programmant « Bombaysers de Lille », qui nous emmenait à la découverte de l’Inde, son passé, son présent. En 2009, 20 ans après la chute du mur de Berlin, c’était au tour de « L’Europe XXL », avec, au programme, différents pays de l’ancienne Europe de l’Est, ainsi que la Turquie. Vint ensuite « Fantastic », en 2012, une organisation pleine de surprises, ayant pour but de ré-inventer aussi bien nos vies que Lille et ses environs…

Et nous voici en 2015, avec une « Renaissance », qui, en ces années de crise, se veut – à travers 35 expositions et plus de 800 événements pluridisciplinaires, au sein de 77 villes de la métropole – porteuse de l’espoir d’un avenir meilleur pour une société plus optimiste.

Au coeur de la programmation, cinq villes qui, confrontées à un moment de leur histoire récente à des faillites, des destructions, des traumatismes, ont dû explorer de nouveaux chemins, inventer de nouveaux comportements:

Mais, outre l’évocation de la « Renaissance » de ces cinq villes, en vidéos, photographies, peintures, sculptures, installations, …, « Lille 3000 » présente aussi:

renaissance-femme-au-luth-2 renaissance-phnom-phen-lille-tourisme-2

A l’ « Hospice Comtesse »
(c) Pha Lina

« Femme au Luth » de Gerrit van Honthorst, (c) « Adagp »
au Palais des Beaux-Arts


Mais « Renaissance », ce sont aussi les « Métamorphoses » urbaines, parmi lesquelles notons celle qui nous accueille, au sortir du train, en gare ferroviaire de « Lille-Flandres »: « Meteoros », de Lucy et Jorge Orta, nous proposant leurs nuages, sur lesquels des personnages sculptés évoluent. De cette gare à l’ « Opéra », la « Rambla brésilienne » 12 grands totems représentant autant d’écoles de « samba » du « Carnaval de Rio », éléments de chars quittant le Brésil pour la 1ère fois, après avoir défilé sur le célèbre « Sambodrome », cher à tous les « Cariocas ». Cent mètres plus loin, sur la Grand’ Place, « JR » présente « Unframed », un collage, sur le thème de l’immigration, investissant toute la façade des bureaux de nos collègues de « La Voix du Nord ».

Le saviez-vous, à Lille se trouve l’avenue du Peuple belge et, dans son parking « Vinci », nous découvrons « Traffic », une voiture d’un nouveau genre, portée par 24 jambes, en appel aux mondes étranges, due à Théo Mercier. A quelques mètres de là, la cour de l’ « Hospice Comtesse » nous dévoile « Breathing Flower », une fleur géante en plastique, oeuvre de l’artiste coréen Choi Jeong Hwa, qui expose d’autres « Gonflables », devant le Quai du Wault (« White Lotus »), à la « Vieille Bourse » (« Fruit Tree »), à « Euralille » (« Love me ») et à la Mairie (« Flower Chandelier »).
Notons encore que lors des inaugurations officielles, avant la « Parade d’Ouverture », aux accents brésiliens du « Carnaval de Rio », le 27 septembre, de nombreuses personnalités étaient présentes, dont l’Ambassadeur en France de la Corée du Sud, du Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, de nos Ministres d’Etat, Elio Di Rupo, particulièrement applaudi, et Stefaan De Clerck, ce dernier ayant accueilli, à Kortrijk, alors qu’il en était le Bourgmestre, une édition de « Futurotextiles », proposée par « Lille 3000 ».

Concluons avec Martine Aubry, en souhaitant que son propos puisse être entendu par Elke Sleurs, notre Secrétaire d’Etat aux « grandes Villes » et à la « Politique scientifique »: « La culture donne du bonheur aux gens. Elle nous permet de nous rassembler et de nous ouvrir au monde… Nous n’avons pas les moyens de nous priver de la culture qui favorise nos émotions et notre humanisme, en même temps qu’elle nous pousse à questionner notre monde et ses dérives. Pendant 4 mois, vivons donc intensément dans un esprit résolument politique, en partageant de belles émotions artistiques et en nous rassemblant autour de grands moments… Vivons donc intensément cette saison qui se veut porteuse de renouveau intellectuel, artistique et sociétal, comme le fut l’historique Renaissance ».

Ainsi le souffle du renouveau continue à Lille et dans sa métropole, ainsi qu’à Mons et dans ses environs, dans le cadre de « Mons 2015 », dont le thème actuel, « Renaissance », est commun à celui de Lille, et qui, elle aussi, conformément aux souhaits de son Bourgmestre, Elio Di Rupo, entend bien présenter, tous les 2 ou 3 ans, un programme culturel de grande importance… « En 2015, Mons est lilloise, Lille est montoise. Et toi? …
Pour connaître les jours et heures d’ouvertures des expositions, les événements programmés, ainsi que les prix d’entrées, consultez:http://www.renaissance-lille.com


Yves Calbert.

Brussels-Star

Retourner en haut de la page